Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Documents de 156 camps ouverts en Bosnie-Herzégovine durant la guerre des années 90 du siècle dernier

Documents de 156 camps ouverts en Bosnie-Herzégovine durant la guerre des années 90 du siècle dernier

Anciens prisonniers et Tribunal de la Haye ont soutenu l'institution

Unique au Balkans et toute Europe du sud-est le Musée du crime contre humanité et génocide 1992-1995 vient d'ouvrir ses portes à Sarajevo. Institution a vu le jour grâce à l'aide et soutien du Tribunal de la Haye et abrite une grande archive avec exposition permanente des effets personnels des victimes et prisonniers, récupérés dans 156 camps existant en Bosnie-Herzégovine pendant le conflit fratricide.

Visiteurs peuvent avoir des renseignements exacts sur les fausses communes et informations détaillés concernant crimes commis sur enfants ainsi que vidéo témoignages de plusieurs survivants. Plus intéresses peuvent aller plus loin dans leurs recherches et visionner des films :"La guerre en B-H", "Villes assiégées","Vu avec leurs yeux","Témoins de justice" ou très primé "La fin d'impunité : les violeurs sexuels devant le Tribunal" , documentaire "Le crime devant des juges-Prijedor, la Bosnie centrale,Visegrad" et enfin "Dubrovnik-crime d'héritage culturel"!

Parmi des objets exposés sont outils de torture, un t-shirt du jeune Samir Delic, retrouvé après son décès et des affaires d'un prisonnier adulte qui a vécu véritable calvaire dans les camps Gabela, Silo et Ljubuski. Ses vêtements sont remplis des signatures d' autres prisonniers avec qui le jeune homme a partagé terribles et douloureux moments d'existence. Plus de moitié n'ont pas survécu.

Exposition montre et messages des proches, remis par le Comité international de la Croix Rouge, des cartes de sécurité sociale et celles d'identité, jouets et grand nombre de tétines et biberons. Installation de simulacre d'une cellule isolé attire des visiteurs, horrifiés par la cruauté de l'endroit.

Alija Gluhovic membre du Conseil d'organisation a souligné réussite inétendue du projet imaginé par un petit groupe d'ex prisonniers :

-Conscients de ne pas avoir l'endroit ou montrer des données ressembles pendant deux décennies car se sont aussi des documents pertinents : témoignages, photos et effets personnels des civils emprisonnés, nous avons compris l'importance et valeur de notre démarche. Notre devoir moral est satisfait en montrant des intérieurs des camps et des manières d'exécutions massives, ainsi que tortures des prisonniers parmi qui a eu énormément de jeunes enfants et personnes âgées. Des outils furent récupérés par survivants et d'abord utilisés comme pièces de conviction au TPIY de la Haye qui les a offert au musée.

Actuellement nous possédons des descriptions valables et vérifiés d'état des victimes après longues tortures, dont certaines ont été filmés et dessinés.

Le musée n'a pas organisé l'ouverture officielle mais tous ceux qui souhaitent s'y rendre peuvent le faire tous les jours de la semaine, entre 10 et 22 heures.

Djenana Mujadzic

Un Musée des crimes contre humanité et du génocide

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :